Mariage & anniversaire
Toute l'information et les prestataires pour vos événements.

Les traditions du mariage


Au-delà des coutumes religieuses et des obligations juridiques, la célébration d’un mariage possède ses propres traditions. Et même si les rituels ont beaucoup évolué au cours des siècles et tendent aujourd’hui à une certaine uniformisation, bon nombre de mariés souhaitent en maintenir certains, pour la plus grande joie de tous. Ainsi…

Les 4 éléments :

« Quelque chose de vieux, de neuf, de prêté et de bleu » (Something old, something new, something borrowed, something blue)

Cette tradition vient d’Angleterre et apparaît chez nous à la fin du 19ème siècle. Qu’il s’agisse d’un bijou, d’un tissu, ou d’un objet, ce jour-là, si vous souhaitez respecter cette jolie coutume, vous porterez quatre éléments aux caractéristiques précises.

« Quelque chose de vieux » symbolise la famille, le lien familial, votre vie d’avant, ce que vous laissez derrière vous. Bref, votre passé de célibataire. Le plus souvent, il s’agit d’un bijou de famille, un bijou ancien, mais cela pourrait aussi être un voile ou une pochette ou pourquoi pas, plus insolite, votre première dent de lait gardée précieusement par votre maman dans vos trésors d’enfance.

« Quelque chose de neuf » représente la chance et le succès dans votre nouvelle vie, votre avenir et ses perspectives, ce que vous allez devenir en vous mariant. Cela paraît plus simple puisque très souvent on considère que c’est la robe de mariée mais il peut s’agir d’autre chose, par exemple de la clé de votre nouveau domicile de « Madame ».

« Quelque chose de prêté » symbolise le bonheur et la réussite pour votre couple. Très souvent, il s’agit de quelque chose ayant été porté par une de vos amies, elle-même mariée heureuse et comblée. Idéalement mais cela va de soi, vous choisirez une personne que vous aimez et pour qui vous avez respect et admiration, une sorte de guide qui reconnaît et accepte votre mariage.

« Quelque chose de bleu » vient de la tradition biblique et caractérise la fidélité et la pureté au sein du couple. Vous opterez pour un accessoire discret, un mouchoir ou un ruban cousu à l’intérieur de votre robe ou sur la jarretière (une autre tradition sympathique), un pendentif, une barrette dans les cheveux.


La bonne idée : réunissez ces objets (mis à part l’objet emprunté) dans une petite pochette ou une jolie boîte, cela vous fera un petit souvenir pour plus tard.

Le voile

Dans de nombreuses régions du monde, le voile est ou a été un symbole de dépendance, en l’occurrence, la femme appartient à son père ou à son époux.

Le port du voile tend peut-être à disparaître et c’est bien dommage. Certaines mariées cependant, arrivent encore voilées à l’autel de l’église.

Cette tradition pourrait provenir de l’époque ancienne où l’homme passait un drap sur la tête de la femme de son choix pour la kidnapper. Le voile qui lui cachait les yeux l’empêchait de voir le chemin qui lui aurait permis de rentrer chez elle ! Si cette coutume nous fait un peu frissonner d’horreur, plus près de nous, à l’époque des mariages arrangés, elle se serait transformée pour devenir une habitude de masquer le visage de la promise jusqu’au moment où les époux étaient officiellement engagés. Le but était que le futur mari ne change pas d’avis devant un visage disgracieux ou qui ne lui plaisait pas ! Bel exemple d’anti-discrimination ! En fonction des époques et des contrées, différentes significations accompagnent la tradition du voile.

De nos jours, fort heureusement, le voile est plus simplement un accessoire qui peut ajouter une note royale et prestigieuse à votre tenue et quand votre futur mari ou votre mari va soulever le voile à votre arrivée à l’autel ou après l’échange des anneaux, moment d’émotion garanti !


La bonne idée : à la fin de la cérémonie, s’il est en tulle vous pourrez en découper quelques rubans et les distribuer aux femmes célibataires présentes, en gage de leur mariage prochain.

L’alliance

Cet anneau, symbole fort de votre engagement et de votre union, symbole de votre nouveau statut d’épouse, sera ce jour-là, l’objet de toutes les attentions. Vous-même, vous vous surprendrez souvent à ressentir beaucoup d’émotions en jouant avec votre main dans toutes les poses possibles.

Depuis la nuit des temps, lorsque l’on se marie, on fait alliance, on s’unit pour le meilleur et pour le pire. D’où le nom “alliance” donné à cet anneau échangé lors de l’engagement. Pour de nombreux peuples, dans maintes histoires de la mythologie, le cercle et par conséquent l’anneau est une représentation de la vie éternelle.

L’alliance, tout comme la bague de fiançailles (pour la femme uniquement, car lors des fiançailles, il y a juste une promesse de mariage), est traditionnellement portée à l’annulaire gauche. Cela viendrait d’une légende de l’Ancienne Egypte, selon laquelle une veine de ce doigt le relierait directement au cœur, la “Vena Amoris ».

A l’instar des anneaux antiques qui étaient en fer, les alliances sont toujours assez sobres. Elles peuvent être en or jaune, en or blanc, en argent, et sont parfois serties de pierre précieuse.


La bonne idée : offrez une cure de jouvence au petit coussin porte-alliances. Nous vous proposerons prochainement plein de chouettes suggestions pour lui donner une note de modernité. A suivre….

Pluie de riz… mais encore….

Le lancer du riz à la sortie de l’église symbolise la prospérité et la fertilité pour les nouveaux mariés. Contrairement à ce que l’on croit souvent, cela remonte à un très ancien rite païen censé protéger les mariés des esprits malins, attirer sur eux la prospérité et leur transférer la fertilité des graines. Autrefois, on utilisait des grains de blé.

De nos jours, on a trouvé plus romantique pour vous accueillir dans votre vie d’époux et d’épouse. Confetti, pétales, bulles de savon, papillons, outre leur effet visuel non négligeable, donneront incontestablement une touche plus originale, plus chic, plus trendy à la sortie de l’église.

La magie des bulles a un côté aérien et artistique et sera réservée aux mariés restés « grands enfants » ou à un mariage dont le thème s’y prête. Attention aux auréoles sur les vêtements.

Le lâcher de papillons restera sans doute inoubliable mais sa réussite est un peu aléatoire ; en effet, les chrysalides vendues en kit, devront être parfaitement prêtes à s’envoler. Trop tôt, pas d’effet, trop tard, effet plutôt trash puisque les papillons seront morts !

La pluie de lavande séchée, issue tout droit de Provence, assure un mariage heureux et son parfum attire l’amour. Il y a peu d’inconvénients si ce n’est les quelques brins qui resteront accrochés dans votre coiffure. A choisir de préférence pour un mariage champêtre.

Les pétales de roses, soit dans la couleur de votre thème, soit assortis au bouquet ou multicolores laisseront une note délicate sur votre passage. Vous pouvez optez pour des pétales en papier ou en tissu, c’est moins onéreux mais moins olfactif.

Le lâcher de ballons peut être du plus bel effet, et personnalisé par la couleur. Vous pouvez aussi y attacher des messages ou faire imprimer vos prénoms.

Les colombes créeront la surprise et l’émotion. Symbole de paix et de bonheur, elles pourront être chargées d’un message. Vous pouvez utiliser un couple ou une nuée de colombes…question de budget. Attention, elles ont beau être blanches et pures, elles n’en sont pas moins des oiseaux bien vivants qui peuvent se soulager au-dessus de vos têtes ! Glamour ? Heu…

Paillettes dorées ou argentées, plumes de couleur ou confettis, peuvent conférer une atmosphère féérique ; vous choisirez en fonction du thème s’il y en a un. Une autre idée, les rubans d’organza attachés à un bâton que les invités agitent, donneront un effet visuel très dynamique. Ils serviront aussi de petits souvenirs.

Si votre thème est axé sur le voyage, laissez vos invités s’amuser avec des avions en papier. Cette initiative originale déclenchera rire et bonne humeur et fera participer autant les hommes que les femmes.

La neige artificielle pourrait bien se révéler utile si vous vous mariez en hiver et que vous voulez un noël blanc assuré. Très romantique, très photogénique même si ce n’est qu’une illusion. Attention, la neige artificielle c’est de l’eau, donc les mêmes mesures de prudence s’imposent qu’avec la pluie.


La bonne idée : prévoyez des volontaires pour nettoyer le parvis de l’église si nécessaire. Inutile de se fâcher avec monsieur le curé pour quelques poignées de confetti. Et puis, ce ne serait pas très sympa pour le couple qui vous suit.


A perpétuer à tout prix ! Se laisser porter par son mari pour entrer dans la maison…
A une époque, on affirmait qu’une mariée qui trébuchait en entrant chez elle pour la première fois en tant qu’épouse portait malheur. Pour être certain que ça ne se produise pas, le marié la portait donc dans ses bras. Des croyances comme celle-là, on est pour !


A gauche toutes !
Pendant la cérémonie, la tradition veut que la mariée se tienne à la gauche du marié. Dans des temps lointains, un duel ou des combats pouvaient s’engager avec d’autres prétendants ! En ayant sa main droite libre, le valeureux pouvait manier son épée et défendre sa bien-aimée sans lâcher sa main.

Une tradition régionale des plus insolites : le Pot de chambre.

Il s’agit d’une tradition française, un peu en désuétude de nos jours, mais qui n’a pas beaucoup évolué au fil des années. Cela viendrait tout droit de la région aveyronnaise, puis aurait été pratiquée en Bretagne et en Savoie, avant d’être reprise par d’autres régions françaises.

A l’origine, le matin du jour du mariage, les futurs mariés se promènent dans le village sur une charrette tirée par un âne, en tenant un pot de chambre, annonçant ainsi la cérémonie aux villageois. Tôt le lendemain, les jeunes invités leur apportent le pot de chambre directement au lit, l’occasion de les chahuter un peu. Le pot de chambre devait redonner vigueur aux mariés après leur nuit de noces. Il symbolisait ainsi la fin des noces et le changement de statut des nouveaux mariés, qui devenaient définitivement des adultes.

Les recettes du pot de chambre varient en fonction des goûts et des régions. On y retrouve des boissons et aliments divers, des bananes, du chocolat, des alcools, du pain…

La jarretière

Bien avant l’apparition des listes de mariage, les invités souhaitaient participer financièrement à l’entrée du jeune couple dans la vie conjugale. La jarretière, bande de dentelles et de ruban, était dérobée par un garçon d’honneur ou un des invités qui la mettait dans une des chaussures de la mariée pour faire la quête. Elle était alors mise aux enchères et le plus offrant la conservait ou la découpait pour en distribuer des morceaux aux invités non mariés. Les mariés quant à eux pouvaient se faire plaisir avec la cagnotte récoltée. Aujourd’hui, cette tradition tend à disparaître un peu mais rien ne vous empêche de l’envisager, c’est toujours un moment très amusant.

L’origine du mot est moins glamour ; c’est le mot jarret, du gaulois garra (jambe) qui a donné jarretière au 13e siècle.

Accessoire à deux facettes, elle est tantôt associée aux contes et aux légendes, au mystère, tantôt elle symbolise la virginité et la pureté, représentées par les couleurs blanche et bleu.

Curieusement, un ordre lui est dédié, l’un des plus prestigieux du monde. Il a été créé en 1348 par le roi Edouard III d’Angleterre qui s’en est inspiré lors d’un incident. Alors qu’il dansait avec sa maîtresse, la comtesse de Salisbury, la jarretière de cette dernière tombe au sol, sous les moqueries de la Cour. En bon britannique, sans se départir de son flegme, il la ramasse, l’attache à sa propre jambe et promet à sa belle d’en faire une grande et noble décoration. Depuis, l’Ordre de la Jarretière récompense les chevaliers pour leur fidélité et leur mérite militaire.


La bonne idée : Partir en voyage de noces avec un petit pactole supplémentaire, c’est super mais vous pouvez aussi en profiter pour faire associer à votre magnifique journée, une attention envers des personnes démunies ou une action culturelle qui vous tient à coeur. Vendez votre jarretière pour une association ou une œuvre de votre région, vous ferez des heureux autour de vous et vos invités apprécieront.

Alors on joue !! Matériel nécessaire :

• Une mariée
• Une jarretière en ruban ou pourquoi pas, confectionnée avec des bonbons ou des dragées

Fonctionnement du jeu :

Le jeu consiste à proposer aux invités la jarretière de la mariée aux enchères. Deux équipes s’affrontent pour un objectif opposé. D’un coté les hommes qui participent pour faire monter la robe et entrevoir la jarretière, de l’autre les femmes qui tentent de faire redescendre la robe pour cacher la jolie jambe de la mariée. Idéalement, la mariée est bien visible de tous, debout sur une chaise ou un petit podium.
Si les femmes l’emportent, la mariée gardera sa jarretière et si ce sont les hommes qui remportent la mise, l’un d’entre eux aura le privilège de soulever la robe et retirer la jarretière à la mariée.

Les dragées

La dragée est au cœur de l’histoire de la confiserie. En grec ancien, le mot «tragema » signifie «friandise» et désigne un met servi à la fin du repas. En Italie, le confiseur romain Julius Dragatus aurait par inattention laissé tomber une amande dans un pot de miel et «inventé» une sorte de dragée.

C’est au 13e siècle que sont fabriquées les premières dragées trempées dans le sucre. Elles sont vendues par les apothicaires et on leur octroie certaines vertus digestives et de fertilité. Louis XIV en fait une friandise de la cour et ordonne qu’on en donne aux enfants des écoles les 1er de l’an. Catherine de Médicis favorise son essor dans toute l’Europe et tous les rois ont alors leur drageoir de poche.

Aujourd’hui, mêlant couleurs et saveurs, elles sont plus que jamais le symbole du bonheur. Lors d’un mariage, on les offre aux invités en souvenir de ce jour exceptionnel et la tradition veut que 5 dragées soient offertes pour 5 vœux : fécondité, félicité, prospérité, santé et longévité. Le nombre impair symbolise également l’indivisibilité de l’union des mariés.

Le saviez-vous ? Pour les amandes aussi, on parle de terroir. En effet, en fonction de la région de production, on aura tel ou tel goût, telle ou telle forme. La Sicile offre une amande plate et corsée appelée «Avola» alors que celle d’Espagne sera plus douce et plus ronde.

Si vous souhaitez vous démarquer, libre à vous de varier l’enrobage, de choisir une amande fraiche ou plutôt grillée, de recouvrir ou non de chocolat ou de caramel, d’y incorporer un soupçon de café et de jouer sur la couleur. L’or, l’argent, le métal, l’effet nacré et même l’impression « jeans » sont des variantes séduisantes.

Le contenant aussi fera la différence. De multiples idées s’y prêtent et pour réussir ce joli détail, vous resterez en parfaite cohérence avec le thème ou le style de votre mariage, et bien sûr, votre budget. L’écrin à bijoux, le mini sac Kelly, la pochette en organza ou en tulle, la petite bourse plus rustique en toile de jute, la boîte personnalisée, le panier ou même le pot de confiture miniature rivalisent d’originalité. De nombreuses matières conviendront tel le daim, le cuir, le verre, le papier gaufré, etc…


La bonne idée : Vous pouvez faire confectionner un bouquet de mariée en dragées ou encore des ronds de serviettes et des décorations de table.


Bonnes adresses :
• La dragée, 4 rue Daoust, Dinant, 082/22.74.31
• Chocolaterie Vereecke, Rijselstraat 217, 8930 Menen, 056/51.87.75
• Les Dragées d’Ambre, 17 rue de la Hayoulle, 4632 Cerexhe-Heuseux

Le vin d’honneur

Les personnes ayant assisté à la cérémonie et qui ne sont pas invitées à la réception, seront conviées au vin d’honneur, une tradition ancienne encore très courante à la campagne ou dans les régions où les familles des mariés sont implantées depuis longtemps. Souvent, une grande partie du village est conviée. En ville, on parle plutôt de cocktail, auquel seront présents la famille proche, les amis des parents et les collègues. Ce sera aussi, ne l’oubliez pas, votre premier vrai moment de répit et même si vous avez de nombreuses mains à serrer ou des joues à embrasser, détendez-vous, c’est votre journée !

Où et quand ? Il peut avoir lieu sur place, à l’endroit de la cérémonie mais dans une autre ou chez les parents ; ce sera plus facile pour «congédier» et surtout ça n’engendrera pas de frustration. Prévoyez plus ou moins deux heures et n’attendez pas que tout le monde soit présent pour commencer à servir de crainte que les premiers arrivés ne s’ennuient et attendent trop longtemps. Vous pouvez l’organiser soit en fin de matinée, soit en fin d’après-midi.

Ca se passe comment ? Il s’agit de ne pas lésiner sur la qualité et de recevoir avec un bon vin, un Champagne ou un très bon mousseux ainsi que quelques boissons non alcoolisées, des jus de fruites frais. Quelques canapés, petits fours, verrines, ou cuillères gourmandes séduiront délicieusement vos invités. Des pains « surprises » pourront être également servis, idéalement pour un mariage à caractère plus champêtre. Si votre budget le permet, un banc d’écailler, des échoppes diverses, sushis, mini-burgers ou mini-cornets de frites. En général, on compte 8 à 10 pièces par personne mais dans tous les cas, privilégiez la qualité à la quantité.

Si vous avez donné un thème à votre mariage, c’est pendant le vin d’honneur qu’il pourra s’épanouir au maximum. Des ateliers de cuisine avec maître japonais, sculpteur de légumes, bars itinérants avec des hôtesses, des barbes à papa ou autres joyeusetés de fête foraine, une fontaine à chocolat, une charrette à glace, un candy-bar, des smoothies, il n’y a pas de limite à votre imagination. Vous pouvez vraiment mélanger sucré et salé. Vous pouvez également prévoir un groupe musical, des jeux pour les enfants, des animations diverses et une déco en fonction de votre thème.

Si vous êtes à l’extérieur, pensez aux personnes plus âgées et prévoyez des chaises et des parasols si le soleil est de la partie.


La bonne idée : Si l’un de vous deux provient d’une région qui a une spécialité culinaire, n’hésitez pas à la mettre au menu, cela fera indéniablement plaisir aux parents et grands-parents et donnera l’occasion aux invités d’entamer la conversation.

Le discours

Qu’il soit dit par les mariés, un papa ému, une sœur bienveillante, un tonton, une amie d’enfance ou encore un témoin, le discours de mariage est un moment fort de la cérémonie qui, s’il fait mouche, aura tôt fait de faire rire ou pleurer l’assistance. La bonne volonté et l’affection ne suffisant pas à faire de chacun un orateur à la plume agile et percutante, il peut s’avérer nécessaire de se faire aider. Mais ayez à l’esprit que les meilleurs discours sont simples et authentiques, et que venant du cœur, même des mots quelque peu maladroits, iront droit au coeur. L’utilisation du langage parlé est préférable au langage écrit afin de rendre le discours vivant et compréhensible.

C’est l’occasion pour vous, jeunes mariés, de remercier ceux qui vous ont aidés dans l’organisation du mariage et ceux qui sont à vos côtés pour cette journée unique.

Pour un discours réussi…

Quel est le moment le plus judicieux? A quel moment de la journée? Au début du repas ou entre deux plats ? Au dessert ? Un discours humoristique, voire taquin, sera abordé quand l’ambiance est déjà un peu installée, alors qu’un discours solennel se dira au début alors que tous les esprits peuvent encore être à l’écoute.

Le bon timing semble être un discours en début de repas, ensuite témoins, parents ou amis peuvent se succéder entre les plats mais trop c’est trop, n’abusez pas de l’attention des invités.

Quel objectif vise votre discours ? Souhaitez-vous mettre l’accent sur les parents et remercier les amis d’être parmi vous ? Tenez-vous à rappeler au souvenir de tous combien ont compté pour vous vos grands-parents disparus ? Vous pouvez bien évidemment redire votre amour et votre bonheur ou encore célébrer l’entente de vos deux familles. Toutes les raisons sont bonnes pour exprimer vos sentiments à ceux que vous aimez et que vous souhaitez honorer.

Si vous remerciez de nombreuses personnes, veillez à n’oublier personne et à être diplomate. Toutefois, ne vous lancez pas pour la cause dans un inventaire sans fin qui finirait par ennuyer tout le monde. Cinq minutes sont amplement suffisantes. Evitez d’évoquer les ex et de faire des blagues douteuses.

L’art du naturel.

Soyez naturel(le), soyez vous-même, ceux qui vous écoutent ne vous veulent que du bien, il n’y a pas de quoi stresser. Afin de pouvoir être naturel(le), il est impératif de connaître son texte ; le connaître tellement bien que vous pouvez vous en détacher pour le vivre et le faire vivre. C’est le même principe qu’au théâtre. Apprendre sur le bout des doigts et donner l’impression de composer sans préparation. Votre intonation et votre gestuelle peaufineront. Un conseil, emportez quand même un copion.

Pour le reste, vous avez toute liberté quant au ton et la tournure, dites-le en chansons, jouez au conteur, parodiez, philosophez, soyez l’humoriste du jour…

Si vous avez connaissance d’une anecdote croustillante ou marrante de votre chérie, si un trait de caractère est bien marqué chez votre tendre et cher, n’hésitez pas à vous en servir. Peuvent également être un point de départ sympa, le métier, le hobby, votre rencontre s’il elle est originale ou hors du commun…

Sachez qu’un mari quelque peu taquiné, voire (gentiment) égratigné, ça fait toujours rire mais veillez toujours à rester soft et digne et oubliez s’il est très susceptible.

Vous pouvez varier et personnaliser votre intervention par un film ou un montage photo réalisé antérieurement. Cela permet de faire découvrir des facettes plus intimes de votre conjoint(e) ou de votre couple. Emotion et rires garantis.


La bonne idée : Commencez votre discours par «ma femme et moi» ou «Jacques et moi». Vous êtes maintenant mariés et c’est plutôt sympathique de vous associer pour faire les remerciements. Si v


Les derniers sujets de notre forum :

Animation Dj mariage
Magazine mariage & anniversaire
Vous êtes professionnel ?
Vous proposez des services ?
Vous souhaitez être référencé ?
Contact reference
Promotion livre mariage
Voici une sélection aléatoire d'un livre sur l'organisation du mariage conseillé par notre site.
Nos partenaires
Creative emotions logo